La démagogie en guise de programme

La campagne électorale en vue de l’élection présidentielle n’a certes pas encore officiellement débuté mais déjà les candidatsi – réels ou supposés – affûtent leurs propositions ; hélas, ce sont les propositions démagogiques qui sont d’abord annoncées. C’est par exemple le cas pour Florian Philippot avec le RIC, le referendum d’initiative citoyenne. Je m’en suis d’ailleurs longuement expliqué ici même.
Mais ce n’est pas sur cette mesure que je veux aujourd’hui attirer l’attention. C’est sur celle consistant pour le candidat des Patriotes à remplacer le conseil constitutionnel par «un aréopage de citoyens tirés au sort et aidés par des constitutionnalistes».
Commençons par dire ici que la notion de citoyens tirés au sort a décidément le vent en poupe, et ce en dépit des critiques lors de la convention citoyenne sur le climat, voire de l’installation éphémère d’un comité citoyen pour surveiller la politique vaccinale du gouvernement.
Florian Philippot imagine sans doute faire mieux qu’Emmanuel Macron en ce domaine. Néanmoins cette mesure demande à être précisée puisqu’on ne sait pas à ce stade de combien de citoyens sera composé cet aréopage, pas plus que nous ne savons comment seront désignés les constitutionnalistes chargés de les aider.
Ceci ne doit pourtant tromper personne : A partir du moment où les citoyens – a fortiori tirés au sort – seront aidés par des «professionnels» – a fortiori désignés par le pouvoir en place – on peut sans conteste déjà imaginer que les premiers cités avaliseront ce que les derniers cités auront décidé. Pis encore, ce conseil constitutionnel nouvelle formule perdrait ici toute indépendanceii vis-à-vis du pouvoir présidentiel. Mais sans doute est-ce là ce que souhaite le leader des Patriotes.

 

i Féminin implicite
ii Oui, le conseil consitutionnel est indépendant. J’en veux pour preuve les nombreuses lois du gouvernement censurées en partie et parfois en grande partie. J’en veux aussi pour preuve les QPC – créées sous Nicolas Sarkozy – qui permettent parfois de retoquer un texte de loi déjà voté.

À propos de VincentB

"Né citoyen d'un Etat libre, (...) quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter suffit pour m'imposer le devoir de m'en instruire" [Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social]
Cette entrée a été publiée dans Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *