Ma réponse

Le militant que je suis a besoin de réagir à la lettre de démission du MoDem de Virginie Votier et 15 autres signataires (publiée entre autres ici).
Commençons par la fin de la lettre : « Europe Écologie [est la] seule force politique qui, aujourd’hui, nous paraisse à même de rassembler au-delà de son camp lorsqu’il s’agira de faire ces choix déterminants pour notre avenir et de celui des générations futures« . Je dois avouer ici mon scepticisme quant à cette affirmation. D’une part parce que les militants d’Europe Ecologie sont très majoritairement de gauche (sans parler des accords d’appareils avec le PS), et d’autre part parce que si l’objectif d’EE est de « réussir la conversion écologique de la France« , cela ne pourra se faire qu’en radicalisant bon gré mal gré son discours de fond. Vous ne me croyez pas ? Alors comment interprétez-vous cette volonté de « susciter un lobbying citoyen intense, pour (…) qu’au final, l’ensemble de la communauté nationale [prenne] conscience que l’intérêt général est la conversion écologique » ? Virginie Votier a sur ce point sans doute la même analyse que moi puisqu’elle s’empresse de préciser dans son texte qu’il faut « repousser l’option de la coercition écologique », preuve qu’il existe au sein d’Europe Ecologie un fort courant pour défendre cette position.
Pour ce qui est de rassembler au-delà de son camp, le MoDem je crois n’a pas de leçon à recevoir : on lui a bien assez reproché de vouloir un coup s’allier à gauche un coup s’allier à droite, sans parler des municipales de 2008, preuve ultime que le MoDem sait tendre la main « au-delà du mur »(*).
Coté « conversion écologique », si je voulais polémiquer j’ajouterais que EE montre déjà ses limites, prônant par exemple la mise en place d’un « parc automobile [utilisant] des motorisations propres » tout en évitant soigneusement de prononcer le terme « voiture électrique(**) », et sans montrer dans les régions dont elle partage la charge la volonté farouche de changer la motorisation des véhicules…
Enfin, sur un plan plus politique tout me laisse croire que Virginie Votier et les 15 autres signataires(***) se sont simplement trompés de porte. Car effectivement le MoDem n’a pas vocation à « réussir la conversion écologique de la France et de l’Europe » – ce n’est pas son objectif premier – pas plus que « refonder le système citoyen français« . En ce sens le MoDem n’est pas un mouvement révolutionnaire. La première valeur défendue par le MoDem c’est la démocratie, autrement dit « porter au plus haut la conscience et la responsabilité des citoyens ». J’ajouterais ici que la seconde valeur que devrait défendre le MoDem et qui n’est pas dans ses statuts serait « le bon usage des deniers publics ».
Autre point où mes vues divergent largement avec le texte de Virginie Votier c’est que je considère que l’urgence c’est de redonner de l’emploi aux Français, et la priorité c’est de retrouver au plus vite des finances saines. S’il y a une révolution à faire elle doit être budgétaire et fiscale et non pas écologique.
Comme bien d’autres avant eux de nouveaux membres quittent le MoDem, certains que l’herbe est plus verte ailleurs. Mon pari pascalien est d’affirmer qu’ils ne leur sera pas possible de s’associer durablement à Europe Ecologie « sans rien renier des convictions qui sont les nôtres », ou bien leur reniement a en fait déjà commencé.

(*) Sans en avoir tiré aucun bénéfice électoral de surcroît
(**) Aucune déclaration officielle de la part d’EE pour subventionner la recherche ou l’achat de telles voitures. Pourtant, « Devoir d’exemplarité oblige, l’État doit lui-même assurer sa conversion, à plus grande échelle : migration du parc automobile vers des motorisations propres, (…) ».
(***) Je porte là un jugement strictement basé sur les convictions politiques, n’y voyez pas d’attaque personnelle.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de VincentB

"Né citoyen d'un Etat libre, (...) quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter suffit pour m'imposer le devoir de m'en instruire" [Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social]
Cette entrée a été publiée dans Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Ma réponse

  1. Mamouchka dit :

    Pour plagier Nietzsche, par delà la gauche et la droite, l’Europe et l’écologie sont les nouveaux axes qui départageront les « blocs » politiques.
    Ne pas le comprendre est une faute politique.

    Le soucis des verts est leur histoire : ils ont eu en Allemagne le regrettable slogan  » plutôt rouge que mort ». Cela se retrouve dans les méthodes de gouvernance.
    Ne pas le comprendre est une faute stratégique.

    Quitter le MoDem pour le « machin » qui se met en place en apportant ses vielles habitudes, surtout dans l’espoir d’avoir une petite place de reconnaissance est dommageable pour l’avenir de cette structure est compréhensible et marque l’échec du MoDem à transformer en force politique l’espoir suscité en 2007.
    Ne pas le comprendre est une faute historique.

    Mamouchka.

  2. VincentB dit :

    Mamouchka, à vous lire le MoDem ne devrait plus vivre, tant son échec est patent. C’est bien entendu une conception que je ne partage pas. Mes convictions n’ont pas changé, je reste démocrate. Je suis pour une troisième voie et je n’ai pas de fibre « écolo », sauf peut-être en ce qui concerne la voiture électrique et le rêve d’une industrie décarbonnée.
    Quant aux thèmes qui seront l’alpha et l’oméga de la campagne électorale de 2012 il est encore trop tôt pour le savoir. EE fera tout pour placer l’écologie en tête, l’UMP fera tout pour l’en empêcher. Pour ma part je souhaite que le MoDem fasse campagne – entre autres – sur le thème du bon usage des deniers publics. En bout de course ce sera aux électeurs de juger.

  3. Mamouchka dit :

    Je n’ai jamais réclamé la fermeture de la boutique.
    J’explique simplement :
    – les raisons pour lesquelles les adhérents se retirent,
    – pourquoi partir avec pertes et fracas en mettant déjà une retenue envers ceux avec qui on s’associe n’est pas du meilleur effet, alors que les raisons de partir sont justifiables,
    – Qu’il n’est pas « élégant » (noble) de susciter un espoir et ne pas tenir son rang par la suite. Tout le monde n’a pas les « épaules » nécessaires mais il est possible de vouloir et savoir s’entourer.

    J’émets de très grosses réserves sur les suites de l’existence du mouvement (délitement, déliquescence où ne reste que les plus intéressés ou les plus naïfs voire des,indécrottables optimistes).
    Regardez donc du coté de la « révolution orange » ukrainienne et vous comprendrez mes propos.
    Mes réserves accompagnent également la formation qui cherche à s’établir avec les écologistes quand on entend les propos de « chaque tendance ». C’est franchement mal parti.
    Malgré tout, nous sommes en période de bouillonnement, preuve que quelque chose bouge. Il faut être à l’affût.
    Cela pourra déboucher avec ou sans la participation de notre mouvement.
    Il y a loin entre nos convictions et le groupe le plus à même de les représenter.

    Soyez lucide.

    Mamouchka.

  4. Mamouchka dit :

    Pour élargir le débat sur la représentativité des partis et autres mouvements :
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gdlweyp828nVCIzXTzMtEZCXIZoQ

    Il faudrait savoir ce qu’il en est pour des structures plus « installée » …

    Mamouchka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.