Ma lecture du message de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a fait sa rentrée sur Facebook. Plutôt que de faire l’analyse thème par thème de son message  j’ai préféré cette fois le commenter disons « en direct ». C’est ainsi qu’au fur et à mesure du verbatim – volontairement écrit en italiques vous trouverez [entre crochets] les réflexions que cela m’a inspiré.

Chers amis,
Il y a un an, je m’adressais à vous pour vous faire part de ma volonté de m’engager à 
nouveau dans la vie politique. [Je n’ai pas changé, non. J’ai re-changé…]
Lorsque j’ai décidé de me présenter à l’élection pour la Présidence de notre famille politique, j’ai affirmé ma volonté de la transformer en profondeur, afin de donner à la France la perspective d’une alternative politique crédible. [Osera t-il citer un parti qui donne à la France la perspective d’une alternative politique qui n’est pas crédible ?]
Cette transformation est aujourd’hui largement initiée. Je souhaite remercier tous ceux qui y ont participé. En moins d’un an, nous avons su renforcer notre unité, en faisant l’effort d’apaiser nos tensions internes. [Les sifflets pour Alain Juppé lors des meetings de l’an dernier n’étaient qu’une illusion ?]
Nous avons créé « les Républicains ». [Non ! il faut écrire Nous avons créé « Les Républicains »  avec un L majuscule puisque la Justice a tranché et que donc le nom du parti n’est pas l’adjectif.] Nous sommes en train de construire un mouvement politique moderne, adapté dans ses pratiques à notre époque, et qui laisse toute sa place à l’expression militante et citoyenne.
Au nom de l’unité, j’ai souhaité que notre formation politique soit dotée d’une direction composée de toutes les sensibilités. Cette nouvelle équipe a pris des décisions rapides et concrètes, en adoptant le principe et les modalités du choix d’un candidat unique des Républicains pour la prochaine élection présidentielle. [Les modalités de la primaire ont été décidé du temps de l’UMP. Nicolas Sarkozy s’était même engagé à les reprendre avec Les Républicains sans en changer une virgule].
Signe de notre force retrouvée, nous avons reconquis de nombreux départements lors des élections de mars dernier, et sommes redevenus la première formation politique de France.
J’ai la conviction que ce changement opéré au niveau local est la première étape d’une alternance que rien ne doit arrêter. Beaucoup reste à faire sur ce chemin de l’alternance. Nous ne la réussirons qu’en continuant à en préparer le succès collectivement. Les élections primaires auront lieu à la fin de 2016. Les Français ne comprendraient pas que nous leur donnions le sentiment d’être obsédés trop tôt par cette échéance. [Personne n’est dupe : Si Nicolas Sarkozy s’est présenté à la Présidence de l’UMP c’était bel et bien en vue des primaires, un obstacle qu’il voulait au départ éviter]
Si nous avons fait le choix d’organiser dans la clarté cette procédure, c’est pour éviter une confrontation interne permanente [Clarté ? Mais justement ce n’est pas encore clair, cf infra !].
Les prochains mois doivent donc être consacrés à trois objectifs essentiels. Le premier sera de consolider notre unité et d’affirmer plus fortement notre volonté de rassembler les Français. Nous devons préserver à tout prix cette unité retrouvée. Ce sera mon premier combat car il est la condition incontournable de l’alternance. La division est aujourd’hui la marque de fabrique de nos opposants.
Elle est celle des socialistes, qui affichent chaque jour leurs querelles, leurs oppositions, leurs luttes internes. Leurs contradictions permanentes sont la source de tous les mensonges. C‘est le triste spectacle chaque fin d’été d’une majorité sans cap, sans chef, sans cohérence, minée par le mensonge originel de la campagne présidentielle de 2012.
Elle est celle du Front National, englué dans la guerre de tranchées entre un père et sa fille, les états d’âme de la petite-fille, les règlements de compte entre lieutenants des deux camps. [Notez bien qu’il n’y a aucune remarque sur le programme politique du FN. Faut-
il en déduire qu’il est validé en creux par l’ancien président de la République ?]
La France est dans une situation trop grave pour s’épuiser dans des affrontements internes stériles.
Rien ne devra empêcher la compétition naturelle qui départagera démocratiquement, le moment venu, les candidats de la droite et du centre. Mais elle devra se faire avec cette volonté de ne jamais mettre en péril cette exigence d’unité.
Mon deuxième objectif sera d’engager la reconquête des régions perdues par notre famille politique depuis 2004. Aujourd’hui, les Républicains et le centre sont absents de la gestion de la quasi-totalité des régions de France. Comme nous l’avons fait lors des élections départementales, il nous faut convaincre les Français que la marche vers l’alternance passe par une meilleure gestion des régions aujourd’hui gouvernées par la gauche, abîmées depuis plus de dix ans par les mêmes réflexes que ceux installés depuis trois ans au sommet de l’Etat : perte de contrôle de la dépense, fiscalité galopante, absence de cap et de vision. Nous devons nous mobiliser dans les semaines qui viennent pour aider nos candidats à l’emporter dans le plus grand nombre possible de régions. Je veux remercier tous ceux qui, dans notre famille et chez nos amis centristes, ont accepté de faire l’effort de listes unitaires. Partout en France, c’est une droite et un centre unis qui se présenteront aux suffrages des Français.
Notre troisième objectif doit être de bâtir, dans les mois qui viennent, un projet commun, celui qui sera le fondement de notre crédibilité politique au moment de l’élection présidentielle de 2017.
Bien sûr, les ambitions des candidats déjà déclarés à l’élection primaire sont légitimes. Ce sont des contributions utiles et précieuses qui ont toute leur place au sein des Républicains. Mais nous devons veiller à ce que, quel que soit le candidat qui gagnera les Primaires, notre famille politique affiche une position commune sur un ensemble de sujets essentiels. [Ah ah… Nous y voilà ! Ce seront les fameuses petites lignes du contrat des primaires.  Chaque candidat pourra développer ses idées mais après avoir fait allégeance à celles de Nicolas Sarkozy… ] Chaque candidat pourra choisir d’aller plus loin sur tel ou tel point. [Vous voyez que j’ai raison !] Mais nos électeurs attendent que nous nous rassemblions sur les sujets de fond, avant d’aborder les questions de personnes. Nous avons des valeurs communes qui nous portent. [Les valeurs communes de Les Républicains ne suffisent donc pas ?] Personne ne comprendrait qu’elles ne trouvent pas à s’appliquer sur un socle commun.
Il y aujourd’hui une nouvelle pensée unique qui voudrait nous dicter les débats qui seraient acceptables et ceux qui ne le seraient pas, les propositions qu’on peut entendre et celles qui n’ont pas leur place dans le débat. [Personnellement je trouve cette phrase à la limite du chantage à la « pensée unique » justement]
La nouvelle pensée unique a comme moteur le déni de réalité. 
La nouvelle pensée unique a comme premier adversaire le parler vrai.
La nouvelle pensée unique a comme premier porte-parole la gauche au pouvoir.
[Anaphore, anaphore, est-ce que j’ai une tête à faire des anaphores ?]

Nous devons la combattre parce qu’elle fait le jeu des extrêmes. [Déjà dit ailleurs : Les Républicains ne savent pas combattre l’extrême droite seule, ils ont besoin d’y associer systématiquement l’extrême gauche, histoire de bien faire comprendre aux sympathisants du FN que « vous voyez bien qu’on ne s’en prend pas à vous ! » ] Nous devons la rejeter parce qu’elle nourrit l’immobilisme. Nous devons la contester parce qu’elle éloigne chaque jour un peu plus les Français de la politique. [Ah…si seulement c’était la « pensée unique » qui éloignait l’électeur des urnes… Ne serait-ce pas plutôt le cocktail explosif de l’incapacité à faire ce qui a été promis augmenté des affaires financières et autres placements de personnes ?]
Cette nouvelle pensée unique, c’est celle qui veut faire croire aux Français que la reprise est là. [Tout indique que nous seront cette année à 1,3% de croissance. Oui c’est faible mais comme c’est plus que l’an dernier il faut bien parler de reprise…]
C’est celle qui nous interdit de dire que le système social français est à bout de souffle, alors que les Français sont écrasés d’impôts, de charges, de normes, de contraintes. Celle qui a érigé les 35 heures en totem, refuse de parler de la logique des droits et des devoirs, conteste le mot même d’assistanat. [Oui je conteste le mot même d’assistanat mais pas sur la base d’une idéologie non, sur la base que sans travail au noir ou autre « business » cela est quasi impossible] Celle qui ne veut pas reconnaître que l’Ecole de la République régresse. [Je reconnais que l’école régresse, je l’ai écrit déjà]
C’est celle qui nous fait le procès de la récupération politique lorsque nous essayons de réfléchir à la question de l’immigration, alors que l’Europe est confrontée à l’une des plus grandes vagues migratoires depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est celle qui laisse à penser que l’insécurité et la délinquance ont baissé en France. Celle qui fait croire aux citoyens qu’on ne peut aller plus loin dans la lutte contre le terrorisme. Celle qui voudrait nous interdire de parler de notre identité, de nos valeurs, alors que nos compatriotes ont si souvent le sentiment qu’elles ne sont plus respectées. [Immigration en 1), insécurité et délinquance en 2), terrorisme en 3) identité et valeurs en 4) J’ai déjà vu ce programme dans cet ordre mais où déjà ? …]
Je veux que notre famille politique apporte dans les mois qui viennent des réponses fortes
et audacieuses. [Allez osons la question : en quoi seront-elles différentes de celles du FN ? ]
Il nous faudra enfin réfléchir à la manière dont sera mis en œuvre notre projet. C’est un enjeu majeur, parce que la France est trop souvent confrontée aux conservatismes, aux blocages, aux résistances au changement. C’est le grand défi : la République de la confiance qui tiendra ce qui a été promis.
Ce n’est qu’au prix d’un effort collectif de lucidité et d’imagination que nous parviendrons à créer un choc de confiance durable auprès de tous les Français. Notre devoir comme première force politique de France c’est de parler à tous, sans exclusive, sans a priori.
Je m’adresserai dans les mois qui viennent à tous les Français. Je le ferai à ma manière, libre. Mon premier engagement c’est celui d’une démarche de vérité, sur le passé comme sur l’avenir, sincère, sans esprit de revanche [Sic !], au service de la France. [Démarche de vérité sur le passé ? il n’y a pas si longtemps c’était un sujet disons délicat pour ne pas dire tabou…]

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de VincentB

"Né citoyen d'un Etat libre, (...) quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter suffit pour m'imposer le devoir de m'en instruire" [Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social]
Cette entrée a été publiée dans Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.