Simplifier la feuille d’impôt ?

C’est par hasard que j’ai découvert ce que nous avait préparé le gouvernement en matière fiscale. Avec l’annonce par le chef de l’état d’un choc de simplification, nous allions voir ce que nous allions voir…
La première étape de la simplification passe donc par la feuille d’impôt. Très benoîtement on nous annonce une désignation modernisée : les notions de « vous » et de « conjoint » disparaissent pour laisser place à « déclarant 1 » et « déclarant 2 ». Mais nous ne sommes pas des numéros ! Sans doute dans le sillage du mariage pour tous, ou en vue de l’application concrète de cette loi, l’administration a décidé cette réforme sans prévenir, sans en mesurer l’impact. Ce n’est rien d’autre que l’entrée de la Novlangue dans le langage administratif. Au-delà de la portée symbolique de cette réforme normative on voit ici l’abandon de la notion de genre, au motif que cette notion engendre une hiérarchie donc une inégalité. Une fois pour toute ce n’est pas parce que les sexes sont différents qu’ils sont inégalitaires.
Il y a un coté dérangeant à vouloir comme cela effacer toute notion de genre. Voyez l’offensive menée par des groupes féministes pour faire retirer le « mademoiselle » des formulaires, ou encore la demande saugrenue de Sandrine Mazetier de débaptiser l’école « maternelle », trop genrée à ses yeux.
Le futur mariage pour tous a engendré chez ses détracteurs le fantasme – car jamais envisagé par les textes – du parent 1 et du parent 2. C’était là de la fiction. Mais déclarant 1 et déclarant 2, c’est la réalité, le concret. Ce qui me choque est que les termes « vous » et « conjoint » étaient corrects et neutres. A partir du moment où on vit en couple on est forcément le conjoint de quelqu’un, et celui qui tient le stylo pour remplir la déclaration n’a pas à se sentir offensé d’être interpellé comme « vous » par le formulaire. Pourquoi avoir remplacé ces termes alors ? Par quel processus intellectuel est-on passé pour en arriver à transformer le foyer fiscal en simple « déclarant » et les individus qui la compose en numéros ?
La Novlangue, la vraie oserais-je dire, n’est pas une nouvelle langue. Elle est l’optimisation ultime du langage mis à dispostion d’une population, l’absence totale de nuance, d’émotion, y compris implicite*. Déclarant 1 et déclarant 2 – quand bien même certains s’en défendraient – sont des termes lisses et sans saveurs, emprunts de cette rigueur fiscale qui caractérise toute administration impersonnelle.
Je ne sais pas ce que Bercy entendait simplifier avec ce changement normatif mais pour moi c’est raté et bien raté.
* Pour mes jeunes lecteurs : cela revient à s’obliger à faire des SMS sans aucun smiley, jamais…

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de VincentB

"Né citoyen d'un Etat libre, (...) quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter suffit pour m'imposer le devoir de m'en instruire" [Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social]
Cette entrée a été publiée dans Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.