Pourquoi je continue avec le MoDem

Les résultats du MoDem aux élections européennes sont plus que décevants, c’est le moins que l’on puisse dire. Il est sans doute encore trop tôt pour une analyse poussée de ce scrutin, mais je veux affirmer avec force que pour ma part, je continue avec le MoDem.
Pour moi les fondements ne sont pas touchés, seulement incompris. Certains parleront d’aveuglement, je leur répond lucidité. Je l’ai déjà dit, je le répète, tant que le MoDem restera en dehors des grands partis je resterai un militant fidèle. Si c’est pour se retrouver satellite du Parti Socialiste ou de l’UMP, alors ce sera sans moi.
Si lors de ce scrutin le résultat des urnes a été bien en deçà de ce qu’on supposait, on le doit peut-être à un manque de clarté de notre indépendance justement. J’ai pour ma part trop souvent lu qu’un rapprochement avec le Parti Socialiste était souhaitable. Même si cette idée émanait du PS, je n’ai pas vu nos dirigeants la repousser avec force. De plus, je pense qu’à la lumière du résultat, notre campagne était sans doute trop subtile, trop intellectuel oserai-je dire. En tout cas pas assez lisible par nos électeurs. Enfin nous devons compter avec des défections de dernière minute, car je tiens pour évident que nous n’avons pas fait le plein des voix de notre propre camp.
Alors quel avenir pour le MoDem ? Je n’hésite pas à le dire, la traversée du désert continue, nos valeurs sont les bonnes valeurs, notre programme politique est un bon programme pour la France et pour l’Europe, nos dirigeants restent de bons dirigeants et aucun ne doit partir (pas de bouc émissaire s’il vous plait, nous ne sommes pas de cette nature là).
Nous devons retrouver notre indépendance, revenir à nos fondamentaux. Pour moi la phrase clé du Modem est celle-ci : « Ni de droite, ni de gauche, ni du centre, le MoDem est démocrate« . Il est symbolique de voir que même François Bayrou ne reprend plus le journaliste qui parle du MoDem comme un mouvement centriste (quand il ne parle pas de centre-gauche).
Il faut au plus vite retourner sur le terrain, expliquer de manière plus simple notre programme, nos idées, nos valeurs. On ne peut pas laisser l’UMP et le Président de la République continuer de triturer la démocratie comme ils le font pour leur seul profit. Et en effet, l’échéance est bel et bien 2012, et on comptera alors les candidat(e)s. Mon choix est déjà fait : S’il se présente, ma voix ira à François Bayrou.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de VincentB

"Né citoyen d'un Etat libre, (...) quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter suffit pour m'imposer le devoir de m'en instruire" [Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social]
Cette entrée a été publiée dans Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.